'Lire la suite' ); ?> 'Lire la suite' ); ?> Le calendrier musulman - OctaHorloge
OctaHorloge Horloge Astronomique

OctaHorloge est une Horloge Astronomique. Elle donne la position de la lune et du soleil, les horaires de prière, la direction de la Mecque et plein d'autre paramètres astronomique. L'application Android est publiée sur Google Play

Trouver le meilleur sur algotic at algotic.com

Les très fins croissants de Lune.

Dans un écliptique autour de notre planète, la Lune vient en moyenne tous les vingt neuf jours et demi (29 jours 12 heures 44 minutes et 2,9 secondes) se glisser entre la Terre et le Soleil. La Lune est alors en conjonction avec le Soleil. C'est la Nouvelle Lune, et le point de départ d'une nouvelle lunaison. La face de notre satellite naturel tournée vers la Terre n'est pas éclairée par les rayons du Soleil. N'émettant aucune lumière par elle-même, et masquée par la forte luminosité en provenance de notre étoile, la Lune est invisible... sauf lors d'une éclipse de Soleil partielle annulaire ou totale, où l'on peut voir, dans ces rares occasions.

Accueil > Articles > Le calendrier musulman

Le calendrier musulman

jeudi 4 octobre 2012

<TABLE cellPadding=3 width=755 bgColor=#808000 border=1>
<FONT color=#0000FF>Le calendrier musulman


un
peut d’histoire :

Le calendrier musulman (ou islamique), auquel nous allons nous intéresser dans cette fiche étant à vocation religieuse nous allons nous pencher sur un brin d’histoire directement lié à sa naissance : la vie du prophète Mahomet.

Mahomet (ou
Mohammed ou Muhammad) que le salut de dieu soit sur lui, est né à La Mecque
lundi le 02/06/ 570 a l’aube qui corresponde au mois lunaire 12 Rabi’ al-awwal (Rabi I)
avant la hidjrah vers la medinah el mounaouara - 53 ans.

quelques semaines
après la mort de son père Abdallâh.

La grande mosquée de La Mecque vers laquelle se tournent tous les musulmans pour prier et en laquelle ils doivent, s’ils en ont les moyens, se rendre en pèlerinage au moins une fois dans leur vie. La Pierre noire (apportée par l’ange Gabriel)est placée dans une construction de forme cubique (la Ka‘ba cf cercle rouge) , près d’un puits sacré (le puits de Zamzam), le tout inséré dans une enceinte sacrée (haram) .

Il se
retrouve orphelin vers l’âge de 5 ans, après la mort de sa mère Amina. Son
grand-père le recueille et meurt quelques années plus tard. Muhammad a
alors 8 ans. Il est adopté par son oncle Abou Talib qui possède une
caravane de chameaux. Tout naturellement, Muhammad devient caravanier vers
l’âge de 12 ans.

Il devient
ensuite caravanier pour le compte d’une riche femme : Khadîdja. Quand
celle ci devient veuve, il l’épouse.Lui a 25 ans et elle 40 ans. Ils
auront 5 enfants. Il adopte aussi Ali, un fils d’Abou Talib (qui deviendra
plus tard son gendre) ainsi qu’un jeune esclave syrien de sa
femme.

A quarante
ans (on est en 610) , il prend régulièrement retraite dans une grotte du
mont Hira où il médite et prie. Un jour, dans sa retraite, lui apparaît
l’ange Gabriel. Alors que Muhammad ne sait ni lire ni écrire, l’ange
Gabriel lui dictera pendant 22 ans un message divin : Le Coran.

Il tente de
prêcher sans grand succès et fait l’objet de tentatives d’assassinat. En
622, il part pour Médine où, malgré des luttes entre clans rivaux, il
réussit à imposer son pouvoir politique et religieux. Il mène alors des
campagnes militaires pour rallier les nomades et réunifier les Arabes. En
630, l’armée musulmane entre à La Mecque.

Muhammad
meurt en 632 au retour d’un pèlerinage.

Le Coran,
livre sacré des musulmans, est divisé en 114 chapitres (sourates)
eux-mêmes divisés en versets (ayât). Il impose :
- La profession de foi
(chahada) en un Dieu unique (Allah) et son prophète Muhammad.
- La
prière obligatoire (salat) cinq fois par jour.
- L’impôt purificateur
(zakat) : aumône due en fonction des possibilités de chacun.
- Le jeûne
(sawm) durant le Ramadan de l’aube au coucher du soleil.
- Le
pèlerinage (hadj) au moins une fois dans une vie pour tout mulsulman qui
le peut financièrement.

 


size=2>LE CALENDRIER :

size=2>Ce calendrier musulman ou islamique est aussi appelé
Hijri.

size=2>Il fut précédé, chez les Arabes et avant l’avènement de l’Islam,
par un calendrier luni-solaire, certainement d’origine araméenne et, plus
loin encore, babylonienne, de 12 mois de 30 ou 29 jours avec intercalation
de mois complémentaires. Antérieurement à l’Islam, les Arabes
intercalaient donc un mois supplémentaire tous les deux ou trois ans pour
garder une certaine synchronisation du calendrier lunaire et du calendrier
solaire.

size=2>Les préceptes du Coran firent prendre un virage définitif à ce
calendrier et le transformèrent en un calendrier purement lunaire
en lui donnant une importance proprement religieuse.

size=2>Puisque la vérité est là, plongeons donc dans quelques versets du
Coran pour comprendre la structure de ce calendrier :

size=2>Le nombre de mois, auprès d’Allah, est de douze [mois], dans la
prescription d’Allah, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre
d’entre eux sont sacrés : telle est la religion droite. [Durant ces mois],
ne faites pas de tort à vous-mêmes. Combattez les associateurs sans
exception, comme ils vous combattent sans exception. Et sachez qu’Allah
est avec les pieux.
Sourate 9 - verset 36

size=2>Première conclusion : l’année comporte douze
mois.

size=2>J’ajoute que les noms de ces mois sont différents de ceux des
calendriers arabes pré-islamiques. Le tableau suivant donne la liste des
noms anciens et des noms nouveaux étant entendu que des manières
différentes de traduire l’Arabe peuvent donner lieu à des orthographes
différentes. Les mois sacrés sont en rouge.

Ancien nom
Nom actuel
1
Mutamer
Muharram
2
Nadjir
Safar
3
Jawan
Rabi’ al-awwal (Rabi I)
4
Sawan
Rabi’ al-thani (Rabi’ II)
5
Hinun
Jumada al-awwal (Jumada I)
6
Ronna
Jumada al-thani (Jumada II)
7
Asam
Radjab
8
Adel
Sha’ban
9
Natik
Ramadan
10
Waghel
Chawwal
11
Hewah
Dhu al-Qi’dah
12
Barak
Dhu al-Hijjah

Le
report d’un mois sacré à un autre est un surcroît de mécréance. Par là,
les mécréants sont égarés : une année, ils le font profane, et une année,
ils le font sacré, afin d’ajuster le nombre de mois qu’Allah a fait
sacrés. Ainsi rendent-ils profane ce qu’Allah a fait sacré. Leurs méfaits
leurs sont enjolivés. Et Allah ne guide pas les gens mécréants.


Sourate 9 -
verset 37

size=2>Deuxième conclusion  : il est hors de question d’ajouter des
mois intercalaires.

C’est
Lui qui a fait du soleil une clarté et de la lune une lumière, et Il en a
déterminé les phases afin que vous sachiez le nombre des années et le
calcul (du temps). Allah n’a créé cela qu’en toute vérité. Il expose les
signes pour les gens doués de savoir.

Sourate
<FONT
face="Arial, Helvetica, sans-serif" size=2>10 - verset 5

Ils
t’interrogent sur les nouvelles lunes - Dis : “Elles servent aux gens pour
compter le temps, et aussi pour le Hajj [pèlerinage]. Et ce n’est pas un
acte de bienfaisance que de rentrer chez vous par l’arrière des maisons .
Mais la bonté pieuse consiste à craindre Allah. Entrer donc dans les
maisons par leurs portes. Et craignez Allah afin que vous réussissiez !
”.
Sourate
<FONT
face="Arial, Helvetica, sans-serif" size=2>2 - verset 189

size=2 color="#808000">Troisième conclusion : Ce sont les phases de la lune qui
déterminent la longueur des mois et des années.

...Mangez et buvez jusqu’à ce que se distingue, pour vous, le
fil blanc de l’aube du fil noir de la nuit .Puis accomplissez le jeûne
jusqu’à la nuit...
Sourate
<FONT
face="Arial, Helvetica, sans-serif" size=2>2 - verset 196

size=2 color="#808000">Commencez à jeûner en voyant (le fin croissant lunaire) et
cessez de jeûner (en le voyant). S’il (le fin croissant lunaire) reste
caché, alors comptez 30 jours au mois de cha’ban
. Hadîth de Muhammad.

size=2 color="#808000">Quatrième conclusion : Le début de ramadan, aussi applicable
aux autres mois, est déterminé par l’observation visuelle du croissant
lunaire : chaque mois débute quand le croissant de lune est visible après
la nouvelle lune. Dans la pratique, deux témoins doivent rapporter cette
visibilité à un juge qui, s’il est d’accord, communique cette annonce à
l’interprète de la loi musulmane, le mufti.

Cette
visibilité peut varier en fonction de facteurs météorologiques ou de
localisation de l’observateur. D’autant plus que certains musulmans se
basent sur un point de vue local. D’autres, au contraire, se basent sur le
point de vue de l’autorité compétente dans le monde islamique.

Il est
pratiquement certain qu’au début de l’Islam cette règle de début de mois
par observation du premier croissant de Lune visible était strictement
observée et que la durée des années était donc de 354 ou 355
jours.

size=2>LES CALENDRIERS :

Les quatre
conclusions que nous venons de construire posent les bases du calendrier
musulman. Plusieurs types de calendriers vont naître de ces bases
 :


- Des
calendriers religieux qui vont s’astreindre à faire débuter chaque mois au
premier croissant lunaire. Sans être imprévisible, la Lune est fantasque
et prévoir (ou observer) le premier croissant n’est pas une mince affaire.
Les difficultés de tels calendriers sont traitées dans le détail dans
l’étude
"Le début des mois dans le calendrier
musulman"
qui se trouve
<A
href="indexdeb.htm">an’qer
.

- Des
calendriers "civils" qui vont s’en tenir au principe d’une année lunaire
de 354 ou 355 jours avec un découpage arithmétique des mois et alternance
de mois de 29 et 30 jours.

Les
calendriers "religieux"


Ils sont
évoqués longuement
<A
href="indexcal1.htm">ici et nous n’y
reviendrons pas sur cette page même s’il est quelquefois difficile de
savoir s’ils tiennent plus du religieux que du civil (ou
inversement...)

Les
calendriers tabulaires (arithmétiques)

A son
sujet, on parle quelquefois de calendrier fatimide parce
qu’il aurait été mis en place par al-Hakim, sixième calife fatimide. En
fait, son créateur serait l’astronome et mathématicien arabe Al-Battani
(v. 858-929) avec une variante due à Ulugh Beg (1393-1449) de la Dynastie
perse des Timurides. On parle aussi de calendrier misr (en
Égypte) ou de calendrier hisabi
.

Ce
calendrier civil alterne les mois de 29 et 30 jours en commençant par un
mois de 30 jours. Ce qui donnerait une année de 354 jours si on en restait
à ce décompte. Mais comme 12 lunaisons comptent en fait 354,367 056 jours
ce qui ferait que l’année serait trop courte, on ajoute donc régulièrement
un jour supplémentaire au dernier mois qui passe de 29 à 30
jours.

On trouve
ainsi des années de 354 jours (années communes) et des années de 355 jours
(années abondantes ou kasibah).

Tous les
mois de rang impair comptent 30 jours. Les autres comportent 29 jours sauf
le dernier (Dhu al-Hijjah) qui peut avoir 29 ou 30 jours.

Pour
déterminer le nombre de jours du dernier mois, et donc la longueur de
l’année à 354 ou 355 jours, il suffit de prendre un "cycle lunaire" de 30
ans (une année multiple de 30 étant le rang 0 du cycle) et de considérer
que le dernier mois des années de rang 2, 5, 7, 10, 13, 16, 18, 21, 24, 26
et 29 du cycle comptera 30 jours. Ce cycle a pour nom daur
al-saghir
.

Si on tient
compte de ce cycle de 30 ans, la "lunaison musulmane" retarde de 0,011680
jour par rapport à une lunaison "réelle" sur la même période.

Quant à la
durée de l’année, elle est d’environ 354,37 jours contre 365,25 jours pour
notre année civile : un musulman fait toujours plus jeune que son âge
 !!

Notons
quelques particularités au passage :

- Avant
d’en arriver à ce cycle de 30 ans, les Musulmans (et plus longuement les
Turcs) utilisèrent un cycle de 8 ans où les années de rangs 3, 6 et 8
étaient abondantes (355 jours). On trouve d’ailleurs encore ce cycle de 8
ans dans une variante javanaise (windu) du calendrier hisabi avec 30 jours
pour les mois 2, 5, 8 du cycle. Après 15 windu (120 ans) un jour est
oublié pour garder la synchronisation avec le calendrier
hisabi.

- Dans la
variante Ulugh Beg le cycle de 30 ans donnait 30 jours aux derniers mois
des années 2, 5, 7, 10, 13, 15, 18, 21, 24, 26, et 29.

L’année
musulmane se présente donc ainsi :

Nom du mois
Nombre de jours
Signification
1
Muharram
30
Déclarer sacré
2
Safar
29
Saison de la moisson
3
Rabi’ al-awwal (Rabi I)
30
Automne
4
Rabi’ al-thani (Rabi’ II)
29
Automne
5
Jumada al-awwal (Jumada I)
30
Gelée
6
Jumada al-thani (Jumada II)
29
Gelée
7
Radjab
30
Sacrifice du chameau
8
Sha’ban
29
se ramifier
9
Ramadan
30
Grande chaleur
10
Chawwal
29
Enlever (la chaleur ?)
11
Dhu al-Qi’dah
30
S’agenouiller
12
Dhu al-Hijjah
29 ou 30
Se diriger vers (les lieux saints ?)

On peut
constater deux choses :

- Seuls 10
mois portent des noms différents. Faut-il y voir un regroupement dans un
système à base 10 (base de la numérotation arabe) puis une recherche
ultérieure d’harmonisation avec l’année solaire ? c’est ce que pense Jean
Lefort.

-
L’étymologie des noms des mois est liée au saisons. Étonnant pour un
calendrier dont la position des mois évolue dans l’année solaire ? Pas
tant que cela si on se souvient que ce calendrier était à l’origine
luni-solaire.

Cas
particulier du calendrier ( Umm al-Qura) d’Arabie Saoudite

Le
calendrier civil saoudien n’utilise pas la méthode tabulaire et on ne peut
pas dire non plus qu’il soit basé sur l’observation ou le calcul du
premier croissant. Ses critères de construction ont évolué au fils des
années.

-
Jusqu’en 1420 AH (avant le 18 avril 1999), le critère de calcul
était le suivant :

Si l’âge
de la Lune au coucher du Soleil est de 12 h ou plus après la nouvelle Lune
(astronomique), le jour précédent est le premier jour du mois islamique
puisque le jour islamique débute au coucher du Soleil et que la nuit est
avant la journée.

Où était
calculé le coucher du Soleil ? certains disent La Mecque. D’autres disent
Riyad.

Cette règle
équivalait à dire que le mois lunaire commençait assez souvent avant même
la Nouvelle Lune astronomique.

- De
1420 AH
(17 avril 1999) jusqu’en 12420 AH (15 mars 2002), le
critère de calcul est devenu :

Le jour
suivant le 29 du mois en cours est le premier du nouveau mois si la Lune
se couche après le Soleil à La Mecque. Sinon, le jour suivant est le 30e
du mois et le jour suivant ce 30e est le premier jour du nouveau
mois.

- Après
1422 AH
(15 mars 2002), le KACST (King Abdulaziz City for Science
& Technology) a encore modifié ses règles :

Si, le
29e jour du mois lunaire en cours les 2 conditions suivantes sont remplies
 :
- la conjonction géocentrique se produit avant le coucher du
Soleil
- La Lune se couche après le Soleil
alors le jour suivant est
le premier jour du nouveau mois.
Sinon, le mois lunaire en cours dure
30 jours.

 

L’ère
musulmane et le début de l’année :

size=2>L’ère musulmane n’est pas œuvre de Muhammad mais celle de Umar
durant son califat (634-644). Elle est calculée à partir de "l’émigration"
du Prophète vers Médine le 16 juillet 622. Cette ère de
l’émigration
ou ère de l’Hégire s’abrège en A.H (Anno
Hijrae).
16 juillet 622 s’écrit donc 1 Muharam A.H I. L’année de
l’émigration semble avoir été choisie pour deux raisons. La première est
que l’Hégire avait constitué un tournant dans l’histoire de la prédication
de Muhammad. La seconde est que la date de naissance du prophète n’est pas
connue avec exactitude et que la date de sa mort est un moment de
tristesse qui ne peut débuter une ère.

size=2>Il fut aussi décidé par Umar que l’année commencerait par le mois
de muharram qui était le mois où la décision de l’émigration avait
été prise.

size=2>1 Muharam A.H I correspond donc au 16
juillet 622 julien.

size=2>Le découpage des mois et du jour :

size=2>Les musulmans ont adopté la semaine de sept jours. En revanche,
contrairement à ce qui se passe en France, le jour de repos et de prière
est le vendredi (Youm el Djouma) et le premier jour de la semaine est
dimanche (Youm el Ahad). Voici les noms des jours de la semaine arabe
 :

<FONT size=2 color="#808000">Dimanche
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Ahad
<FONT size=2 color="#808000">Lundi
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Thani
<FONT size=2 color="#808000">Mardi
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Thaleth
<FONT size=2 color="#808000">Mercredi
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Arbaa
<FONT size=2 color="#808000">Jeudi
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Thamis
<FONT size=2 color="#808000">Vendredi
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Djouma
<FONT size=2 color="#808000">Samedi
<FONT size=2 color="#808000">Youm el Effabt (Youm as-sabt)

Le jour
commence au coucher du soleil, en avance de six heures sur notre jour
civil.

Les
appellations des jours (sauf
<FONT
face="Arial, Helvetica, sans-serif">el
Djouma
size=2>et <FONT
size=2>el Effabt
) sont des noms de nombre cardinal
en arabe (Premier, deuxième...). Ils l’étaient tous avant l’Islam et
s’appelaient alors awwal (premier), awhad (deuxième),
jubâr (troisième), dubâr (quatrième), mu’nis
(cinquième), ’arûba (sixième) et shiyâr (septième).

<FONT
size=2>Youm el Djouma
ou ’al-jumu’a (notre
vendredi) signifie "assemblée, réunion". C’est le jour le plus important
pour les Musulmans (autant que dimanche pour les Chrétiens ou le Sabbat
pour les juifs). C’est le jour par excellence, le jour de l’assemblée des
fidèles à la prière. Notons au passage que la racine Jumu’a est la
même que Jama’a d’où découle Jâmi qui est la
mosquée.

Ce jour est
si important que le Coran lui réserve une Sourate ’al-jumu’a (Le
Vendredi) dans laquelle on peut lire un verset qui dit :" O vous qui
croyez ! quand on appelle à la Prière, le vendredi, accourez à
l’invocation d’Allah...
" Coran
62,9

Plusieurs
interprétations pour expliquer le caractère particulier de ce jour
 :

- Muhammad,
à la fois pour instituer un jour consacré au culte divin comme dans les
religions juive et chrétienne, et pour se démarquer d’elles aurait choisi
le sixième jour.

- Avant
l’Islam, les Arabes avaient coutume de faire des réunions civiles le
vendredi.

- Ce jour
correspond au fait que Muhammad à fui La Mecque le vendredi 16 juillet
622. En fait, c’était un jeudi mais comme on compte les jours à partir du
coucher du Soleil, le vendredi à commencé le 16 au soir.

size=2>Les fêtes religieuses :

Le
calendrier musulman ayant une vocation surtout religieuse nous ne pouvons
terminer cette étude sans évoquer les fêtes religieuses qui y sont
attachées.

Il n’existe
que deux fêtes canoniques imposées par Muhammad : Idal-Fitr et
A’ïd-Adha. Les autres sont facultatives. Bien que n’étant pas une
fête, le jeûne du ramadan est aussi imposé par le Coran.

1
Muharram (Hijra ou nouvel an musulman)
 : ce jour n’est pas célébré en
tant que premier jour de l’année mais comme souvenir du début de
l’Hégire.

12 Rabi’
al-awwa (Mawlid al-Nabi)
 : naissance du prophète Muhammad. Instituée
par le sultan Amurat III en 1588, elle prend de plus en plus
d’importance.

15
Radjab : (Leïlah-al-Ghaïbah)
anniversaire de la conception de
Muhammad.

27
Radjab : (Leïlah-al-Mijaj)
montée du prophète au ciel.

15
Sha’ban : (Leïlah-al-Berat)
commémoration de l’épuration.

1
Ramadan
 : début de la période de jeûne. Date théorique : voir l’annexe
en fin de page pour en savoir plus.

18
ramadan :
commémoration de la bataille de Badr

27
ramadan (Leïlah-al-Qadr)
 : première révélation du Coran au
prophète.

<FONT
color=#ff0000>1 Chawwal ( Idal-Fitr ou Aïd el-Fitr ) :

fin du jeûne.


<FONT
color=#808000>10 Dhu al-Hijjah (A’ïd-Adha)

 : fête du sacrifice.
Les 13 premiers jours de ce mois sont fériés. Sa célébration, qui dure
trois jours, commémore le sacrifice d’Abraham. On sacrifie un mouton, une
vache ou un chameau dont on distribue une partie aux pauvres.

size=2>Les variantes :

L’Hégire
est le point de départ officiel du calendrier en Arabie Saoudite, au Yémen
et dans les principautés du golfe Persique.

Beaucoup de
pays a majorité musulmane utilisent à la fois le calendrier musulman et le
calendrier grégorien : Égypte, Syrie, Jordanie, Maroc, Turquie.

La Turquie
utilise aussi des calendriers "populaires" très variés qui feront, un
jour, l’objet d’une fiche spécifique.

L’Iran a
adopté l’année solaire avec des mois persans. Elle utilise l’ère musulmane
tout en faisant débuter l’année au 21 mars. Ce calendrier est assez
spécifique pour faire l’objet d’une fiche.

En Inde et
au Pakistan, des calendriers dérivés du calendrier musulman sont en
vigueur avec des particularités Hindous.

<FONT
color=#0000FF face="Arial, Helvetica, sans-serif" size="2">Annexe : problème de la date de début du jeûne du
ramadan.


Pour
plus de précisions sur les calendriers religieux, lire l’étude qui y est
consacrée
<A
href="http://www.louisg.net/E_croissant_musulman.htm">
ici

Nous allons
faire court sur le sujet qui sort du strict domaine des calendriers si ce
n’est la méthode à adopter pour déterminer le début des mois.

Nous avons
vu que les mois sont fixés dans l’année musulmane et que les années
communes et abondantes les sont aussi dans le cycle de 30 ans. Le début de
chaque mois ne correspond donc pas forcement au moment où on observe le
premier croissant de Lune.

Nous avons lu aussi :
Commencez à jeûner en voyant (le fin croissant lunaire) et cessez de
jeûner (en le voyant)....
Hadîth de Muhammad.

Ne confondons donc pas
Ramadan (le mois) et Ramadan (le jeûne) parce qu’il se peut très bien que
le jeûne, du fait de l’observation, débute le dernier jour du mois
précédent dont la longueur s’est un peu "théorisée". Le calcul théorique
se heurte parfois à l’observation empirique.

Et si on y ajoute le
fait que les résultats des observations ne sont pas les mêmes d’un pays à
l’autre (du fait de la longitude, de la latitude et des conditions
d’observation) on ne peut que constater les dates variées de début de
jeûne. D’autant que certains s’en tiennent à des débuts de mois "observés"
et non pas issus d’une règle comme nous l’avons vue.

C’est ainsi qu’en
2003, le jeûne débuta le dimanche 26 octobre en Libye, en Égypte, en
Jordanie, au Soudan et au Yémen. En revanche, ce fut le lundi 27 octobre
en Arabie Saoudite, dans les monarchies arabe du Golfe, en
Algérie.

Et en France ? Avant
2003, les uns se fiaient à la Mosquée de Paris, d’autres à leur pays
d’origine et d’autres à l’Arabie Saoudite.

On voit à quel point
cette nuit où on essaye de voir le premier croissant de Lune porte bien
son nom de "nuit du doute".

En 2003, la date du
début du Ramadan a été pour la première fois fixée au 27 octobre 2003 par
le Conseil français du culte musulman (CFCM) né en avril 2003.

En 2004, le CFMC a
annoncé la date (vendredi 15 octobre 2004) le jeudi 14 octobre 2004. Cette
date avait déjà été annoncée le 13 octobre 2004 par l’Union des
Organisations Islamiques de France.

Pour les huit
dernières années, en France, les dates ont été les suivantes :

Début du jeûne
Date du calendrier "officiel" calculé
27/11/2000
29 Sha’ban 1421 H
16/11/2001
29 Sha’ban 1422 H
6/11/2002
1 Ramadan 1423 H
27/10/2003
1 Ramadan 1424 H
15/10/2004
1 Ramadan 1425 H
04/10/2005
1 Ramadan 1426 H
24/09/2006
1 Ramadan 1427 H
13/09/2007
1 Ramadan 1428 H
01/09/2008
1 Ramadan 1429 H

Pour 2005, il semble
que ce soit encore l’Union des Organisations Islamiques de France qui ait
annoncé le 3 octobre la date du début du mois de Ramadan au 4 octobre 2005
suite, parait-il "à la décision du Bureau exécutif du CFCM". Sauf erreur,
Le Bureau Exécutif du Conseil Français du Culte Musulman devait se réunir
à la Mosquée de Paris le lundi 29 Chaabane 1426 (3 octobre
2005).

Alors, observation ou
calcul pour le début des mois et le début du jeûne ? La question est
encore posée.

A ce sujet, je vous
livre un communiqué du 24/11/2000 qui repose la question et donne une
réponse mi-figue mi-raisin :

"Le conseil
européen de la fatwa et de la recherche a étudié la question du jour du
début du jeûne et celui de sa rupture pour l’année 1421. Le conseil
réitère sa décision qu’il a émise au cours de la troisième session ayant
eu lieu à Cologne en Allemagne du 19 au 22 mai 1999.

A l’occasion de
cette session, le conseil a traité la question des moyens à adopter pour
déterminer le début des mois lunaires, surtout Ramadan à cause du jeûne et
Chawal à cause de la rupture du jeûne et le rôle du calcul astronomique
dans cette détermination. Les membres du conseil ont traité aussi bien le
côté scientifique que le côté jurisprudentiel.

Durant les débats,
se sont dégagés plusieurs points de vues :

1. Ceux qui
préconisent le recours au calcul astronomique de manière exclusive et
systématique.

2. Ceux qui
refusent catégoriquement le recours au calcul astronomique.

3. Ceux qui
recourrait au calcul astronomique non pour annoncer la nouvelle lune mais
pour contrer une affirmation visuelle jugée erronée selon ce même calcul.

4. Ceux qui optent
pour l’alignement sur le premier pays où l’observation de la nouvelle lune
aurait eu lieu, même en cas d’incompatibilité avec le calcul
astronomique.

Le conseil a
procédé à une délibération exhaustive de tous ces points de vues. Il en
est venu à conclure ce qui suit, conformément à ce qu’il a déjà décidé au
cours de sa dernière session qui a eu lieu à Dublin en Irlande
 :

Le début du Ramadan
ou sa fin sont déterminés par un moyen visuel, que ce soit à l’œil nu ou
par un instrument d’observation. Cette observation est recevable
quelque soit le pays musulman où elle aurait eu lieu, selon le hadith
authentique qui dit : ’Jeûnez dès que vous voyez la lune (de Ramadan) et
rompez dès que vous la voyez (la lune de Chawal qui annonce la fin de
Ramadan)’, à condition que les calculs astronomiques nous apprennent que
la vision est possible quelque part sur le globe. Si d’après les calculs,
aucune observation de la nouvelle lune n’est possible, toute affirmation
de vision sera jugée irrecevable. Le témoignage oculaire n’est pas
affirmatif, il se peut être le résultat d’illusion, d’erreur ou de
mensonge. Il demeure d’ordre conjectural, contrairement aux calculs
astronomiques qui sont affirmatifs. Le conjectural ne peut égaler
l’affirmatif et encore moins le contrer, et ce de l’avis unanime des
ulémas.

Le conseil insiste
sur le fait qu’il préconise l’usage du calcul astronomique établi
scientifiquement et non les calculs astrologiques qui sont condamnés
religieusement, ni les dates figurant sur les calendriers bien connus qui
ont cours dans les pays musulmans, comme semble le croire certains savants
musulmans. Par le calcul astronomique nous signifions le résultat de
l’astronomie contemporaine établie sur des bases mathématiques
déterministes. Cette science qui a atteint son apogée en nos jours et qui
a permis à l’homme d’aller sur la lune et sur d’autres planètes et dans
laquelle se sont illustrés bon nombre de nos savants musulmans de tous
pays...
size=2>"